Xibèle de Lescaut CDX
…notre premier toutou à nous!

Cybèle

…Berger Belge Tervuren de Malinois!

9 juillet 1989 – 12 août 1999

J’ai toujours voulu avoir un chien.  Plus jeune, j’avais trouve une petit chienne : Tootsy que nous avons gardé quelques années.  Elle semblait un mélange de Terrier du  Manchester nain et Chihuahua.

Lorsque nous nous sommes mariés, c’était évident qu’un jour  nous aurions notre chien.  Mais tant que nous étions en logement, il n’en était pas question car je voulais un grand chien.

Lorsque nous avons acheté notre première maison, une des premières choses que j’ai commencé à regarder c’est l’achat d’un chien.  Nous avons aménagé en mai 1988.  Comme nous avions consulté le vétérinaire suite à l’épisode de la boule de poil de Toffee et que nous avions visite celui-ci avec Pluton et Biscotte, pour les vaccins annuels,  nous les avons visité dans l’espoir qu’ils pourraient nous référer à de bons éleveurs.

Cécile, la responsable de l’administration de la Clinique à l’époque, nous a prêté une revue qui deviendra plus tard ma bible pour plus de 20 ans : « Dogs in Canada » mais la version fin d’Année.

Je voulais pour débuter un berger allemand.

Mais comme je l’explique sur la page « à propos » nous avons finalement opté pour un Berger Belge.

Nous avons été chercher Cybèle à 8 semaines à Pont Rouge.

Le retour à la maison a été le début d’un roman d’amour avec cette petite boule de poil toute douce et qui sentait bon le puppy.  Nous arrêtions à toutes les haltes routières pour lui permettre de se dégourdir les petites pattes.  Le premier bisou que Cybèle a donné à Jacques celui-ci m’a dit : C’est la première fois qu’un chien me lèche et que ça ne me fait pas un “mauvais feeling”.  C’était notre premier chien et elle nous en a fait voir de toutes les couleurs elle aussi.  Cybèle n’était pas particulièrement gentile avec ses amis canins.  Par contre, elle adorait les humains.  Surtout celle quelle connaissait.  A l’âge de 3 mois, Cybele m’a mordu.  J’avais essayé de lui enlever un plat de stryromousse qu’elle avait volé en fouillant dans la poubelle de la cuisine.  J’ai alors réalisé que j’avais besoin d’aide. Notre éleveur nous avais dit qu’un couple qui vivait qui de chez nous avait acheté une soeur de Cybèle. Ce couple donnait des cours et restait à Candiac, pas loin de chez nous.  Je les ai donc appelé et ils ont été très gentil en nous accueillant chez eux avec Cybéle.  Ulio et Doreen ne donnait pas des cours mais ils prenaient des cours au Club Canin Chomedey.  Ils nous ont vendu une de leur cage, nous ont donné des trucs et nous ont invité au club pour aller visiter et nous suggerer de nous inscrire à un cours de maternelle avec Cybèle.  Nous avons été visiter le club et avons vu Ulio travailler avec son malinois en classe Open.  Comme nous étions impressionnés.  C`était en octobre 1989.

Un cours de maternelle débutait justement en novembre.  Nous nous sommes donc inscrites Cybèle et moi.

Ce fut pour moi une révélation.  J’adorais pratiquer les différents exercices avec Cybèle qui apprenait bien.  C’est ainsi que Cybèle nous a permis de faire la connaissance de personnes merveilleuses qui comme nous adoraient les chiens.

Après la maternelle, nous avons suivis les cours de base I et ensuite base II.  Cybèle avait beaucoup d’énergie et en bon belge avait de la difficulté à demeurer en place.  Mais nous avons terminé notre cours de base I comme l’équipe qui s’était le plus amélioré.  J’étais bien fière de notre fille.  Je ne savais pas si Cybèle avait le potentiel de faire une carrière en obéissance.  Nos professeurs du club nous ont encouragés à continuer car oui, Cybèle avait du potentiel.  C’est alors que nous sommes devenus membre du Club Canin Chomedey.

J’ai participé une fois à un match sanctionné de conformation  avec Cybèle mais sa carrière de show s’est arrêtée là.  Cybèle était une super de belle chienne cependant je devais me rendre à l’évidence qu’elle n’était pas une belle Berger Belge.

Cybèle n’avait pas vraiment d’ami canin car elle n’était pas vraiment sociable avec ses congénères sauf avec son cousin Berger Allemand du non de Gamin (nous reviendrons à Gamin un peu plus tard) et une amie du club du nom de Delphie.  Delphie était une belle Bearded Collie appartenant à France et Gilbert.  Nous nous sommes connus en maternelle et avons continué de suivre nos cours ensemble jusqu’en Open.

France et Gilbert étaient de bons amis que nous ne voyons maintenant pas assez souvent, ayant déménagé dans la belle  région de Rimouski.  Delphie était une digne représentante de sa race.  Toujours de bonne humeur, aimable avec tout le monde et tous les êtres vivants.  Un ange dans un corps de chien (comme m’a dit dernièrement une propriétaire de Bearded) quand je lui ai dit que les bearded avaient un « gentle soul » et étaient des anges.

Cybèle et Delphie se côtoyait dans les cours et les competitions.

Gamin, son cousin était un Berger Allemand et appartenait à nos grands amis Michel et Brigitte.  En fait, Michel et Brigitte sont plus que des amis, nous les qualifions de « famille ».  Gamin avait quelques mois de plus que Cybèle.  Mais que de joie et de plaisir ils avaient ensemble.   Quand on visitait Michel et Brigitte, nous amenions toujours Cybèle.  Comme les enfants étaient jeunes, il était plus facile pour eux de nous recevoir.  Gamin et Cybèle passaient tout le temps à jouer ensemble et à se courailler dans la cours arrière.  C’était le seul temps ou enfin Cybèle semblait avoir épuisé toute son énergie.  C’était tellement drôle quand ils finissaient par entrer dans la maison; les deux avaient la fourrure du cou toute trempée.

Cybèle a été mon premier chien que j’ai monté en obéissance.  Son titre CD (companion dog – chien de compagnie) a été ardu à obtenir.  Cybèle avait de la difficulté à demeurer sur ses assis/couche reste.  Son premier concours, elle l’a coulé car elle a rampé sur son couche/reste plus que la longueur de son corps.  C’était notre premier concours d’obéissance et c’était à Kirkland organisé par Mountain City Obedience club.  Mme Dorothy Budge était notre juge.  En après-midi, c’est sous le juge Michael Calhoun que Cybèle a obtenu sa première patte en novice.  Comme j’étais contente et fière d’elle.  La routine a été filmée par Gilbert le papa de Delphie.  Par la suite, nous avons été disqualifiées une couple de fois.  Nous avions tenté notre chance à Chateauguay mais sans succès pour enfin finir son titre à Alexandria avec le club Stormont, Dundas & Glengarry Dog Association.  C’est ce même week-end que nous avons appris que les Berger Belge naissent sans cerveau et que nous recevons celui-ci de l’éleveur vers l’âge de 2 ans ;-).

Il y avait plusieurs fanatiques de berger belge et nous avons aimé ce week-end ou Cybèle a fini son titre.   Ce club organise maintenant son exposition annuelle dans le parc provincial de Long Sault.

C’est donc avec beaucoup de fierté que nous sommes revenus à la maison avec un beau nouveau titre.  Le premier que Cybèle et moi obtenions.  Mais le « plaisir commençait » vraiment comme disait notre ami Gilbert, avec la classe ouverte communément appelé « open ».

Cybèle marchait vraiment très bien au pied et était assez précise mais continuait d’avoir de la difficulté à rester sur les exercices de reste.  Et de me voir partir était encore plus difficile pour elle.

Cybèle était tout en nerf.  Très courageuse, elle devenait folle devant un dumbell en classe Open.

Elle adorait son dumbell au point qu’à notre premier concours j’étais tellement nerveuse que je me suis placée beaucoup trop loin du saut en hauteur.  Cybèle a pris ses enjambées normales mais comme j’étais trop loin, elle a sauté littéralement dans le saut.  Celui-ci est tombé couché par terre dans un bruit de tonnerre.  Imaginez,.. dans une aréna……Les gens qui travaillent dans un banque se seraient tous couchés par terre,….un réflexe lors de hold up…. J

Cybèle est arrivé poitrine première dans le saut, mais ça ne l’a jamais arrêté d’aller chercher son précieux dumbell.

Elle me l’a ramené quand même.

Cette classe a été une vraie saga.  Cybèle ne voulait absolument pas rester sur les assis/couche reste.  Il a fallu que je demande à une très bonne amie de présenter Cybèle à ma place.  Francine connaissait les Berger Belge. Elle en avait.  Elle a donc pratiqué un peu Cybèle et au premier concours du Club Hochelaga à DDO, cette nouvelle équipe obtenait leur première patte avec un pointage de 195.5/200.  Super gros pointage à l’époque.  WOW !!  Cette belle équipe ont manqué le HIT (High in Trial – Plus haut pointage du concours) par ½ point.  Vous vous imaginez !!!!!

Francine et Cybèle se sont qualifiées une autre fois à Kirkland au club de Mountain City Obedience club.

Mais, le score était moins bon avec 184.  Cybèle avait maintenant passé outre sa « p’tite gêne » avec Francine et commençait à être turbulente sur les assis et couche reste.  Elle a donc perdu 8 points sur les assis-couche.

Elles n’ont jamais pu faire leurs 3ième pattes ensemble.   Cybèle a commencé à suivre Francine sur les assis-couche, comme elle le faisait pour moi.

Il a fallu que je demande à mon professeur de l’époque : André Dégarie, si ça lui tentait de présenter Cybèle.   Je lui dois la dernière patte de Cybèle.

Nous nous sommes donc rendu à Alexandria et le matin,  André et Cybèle ont obtenu un score de 189.5 pour la dernière patte et titre de chien de compagnie par excellence de Cybèle.  Comme j’étais contente.

Et c’est encore avec le club STORMONT, DUNDAS & GLENGARRY DOG ASSOCIATION, à Alexandria que Cybèle a terminé son deuxième titre.

Enfin, après autant de concours, il était temps que ma toutoune ait son titre.  C’était en 1994.

Dans l’après-midi, comme elle avait maintenant son titre, j’ai décidé de la présenter moi-même.  Imaginez qu’elle a raté le « Broad jump » alors qu’elle ne ratait jamais cet exercice.  Mais à mon grand bonheur, elle est restée sur les exercices d’assis et de couché reste.  J’étais bien fière d’elle.

Nous avons donc commencé l’entrainement en utilité.

J’étais heureuse car en utilité il n’y avait pas d’assis/couche reste, l’exercice que je déteste le plus.

Seulement des « debout pour examen » en groupe.  Tous les chiens étaient alignés dans le milieu du ring, côte à côte.  A l’époque, le maximum de chiens dans un ring était de 12.  Les chiens devaient rester debout un minimum de 3 minutes.  Il n’y avait pas de maximum.  Le juge devait examiner les chiens un après l’autre.  Et c’est seulement lorsqu’il avait examiné tous les chiens qu’il donnait l’ordre de retourner à nos chiens.

Par contre, elle qui adorait son dumbell devenait presqu’hystérique en voyant les articles.

12 dumbells devant elle, Hollala!  Il lui est arrivé d’être tellement excité de voir tous les articles, d’en vomir.  Cré Cybèle va !

Tout un phénomène cette toutoune.

L’entrainement allait bon train, mais après quelques temps, Cybèle semblait maintenant avoir de la difficulté à sauter les sauts dirigés.  Elle arrêtait devant les sauts et hésitait.  Elle semblait vouloir prendre un élan, comme un chat qui calcule le saut qu’il doit faire pour atteindre une proie ou un emplacement.  On aurait dit qu’elle ne voyait pas les sauts comme il faut.  Puis, elle a commencé à perdre tout son poil.  Elle semblait toujours affamée.  Après plusieurs tests, Cybèle a été diagnostiqué comme faisant de l’hypothyroïdisme.  Notre vétérinaire lui a donc prescrit des synthroid.

Ça n’a pas pris longtemps avant que les hormones fassent effets et que Cybèle redevienne notre bonne toutoune d’antan.

Entre-temps, je pratiquais Indiana Jones en classe Open.  Quand Indiana a obtenu son titre de chien de compagnie par excellence en 1996 et que j’ai commencé l’utilité avec lui, j’ai arrêté d’entraîner Cybèle ne pouvant pas les entrainer les 2 dans la même classe.  Cybèle devint donc une retraitée.

A l’époque, le Rallye-O n’existait pas encore sinon, j’aurais pu prendre cette avenue avec elle.

En mai 1999 Cybèle qui avait quand même un estomac fragile a commencé à vomir de façon régulière.  Après consultation avec le vétérinaire, nous avons changé sa nourriture croyant qu’elle souffrait d’allergie alimentaire.

Sauf que ceci n’a rien réglé.

Après environ 1 mois Cybèle vomissait toujours et de plus en plus.

D’ailleurs, elle avait commencé à avoir la diarrhée.

Elle avait aussi perdu du poids.

Après une autre consultation, une radiographie a été prise et c’est avec beaucoup de sympathie que notre vétérinaire nous a montré la masse qui semblait être reliée à l’estomac.

Il nous a conseillé de consulter DMV (Hopital Vétérinaire ouvert 24 hres avec spécialistes)  ou la faculté de médecine vétérinaire à St-Hyacinthe.

Nous sommes allés au Centre DMV mais aurions dû aller directement à St-Hyacinthe.

DMV n’acceptait pas les radiographies de notre vétérinaire.

Ils ont refait des radiographies et selon eux, il n’y avait pas de masse.

Nous avons donc pris un RV avec St-Hyacinthe.

C’était environ 2 semaines avant notre départ pour la France.

En effet, nous partions en vacances pour aller assister à la Nationale d’élevage du Chien de Berger Belge en France, pour ensuite aller visiter un couple d’amis que nous avions connu sur l’internet.

A la faculté, ils ont gardé Cybèle pour faire quelques tests et tenter de faire une biopsie.

Dans ma tête, Cybèle nous reviendrais guérit et je me souviens de lui avoir dit avant de partir : « Tu es comme à l’hôtel, en vacances, ici ma toutoune ».

Malheureusement, chaque tentative de biopsie ne démontrait rien d’anormal.  C’est alors que j’ai demandé qu’ils aillent en chirurgie pour aller voir exactement ce que c’était.  C’était le meilleur moyen d’en avoir le cœur net et d’arrêter de s’acharner sur notre douce fille adorée.

C’est alors que j’ai reçu la fracassante nouvelle.

La masse était cancéreuse.

Elle reliait l’estomac et le pancréas.

Même s’ils tentaient de retirer la masse, ça serait la faire souffrir pour rien car quoi qu’il était possible qu’elle vive avec un bout d’estomac en moins, la convalescence était longue et fragile et en plus, ils avaient trouvé des métastases partout sur le foie et les poumons et donc, ses jours étaient comptés.

J’étais au bureau, au téléphone avec la vétérinaire.   Cybèle était sur la table d’opération et on attendait après ma décision.

Je lui ai dit : « Comme elle est sous anesthésie, svp faite qu’elle ne se réveille jamais, mais je dois vérifier quand même avec mon mari auparavant et je vous rappellerez immédiatement ».

Et c’est en sanglot que j’ai appelé Jacques pour lui annoncer la si mauvaise nouvelle.

Comme je pleurais trop, c’est Jacques qui a rappelé la vétérinaire.

Je réaliserai plus tard que de ne pas dire Adieu en personne à un être adoré ne me permet pas de faire mon deuil convenablement.  Mais il est évident qu’il aurait été absolument inutile de se rendre sur place.  Elle n’aurait jamais été consciente de toute façon.  Et je pense qu’étant donné qu’elle était sur la table d’opération, de la voir ainsi nous aurait probablement causé un certain traumatisme.  Mieux valait se souvenir d’elle de son vivant.

Deux semaines plus tard, au beau milieu des 604 Bergers Belges engagés à la Nationale, je peux vous dire que des pincements au cœur, j’en ai eu plus d’un.

Cybèle a laissé un immense vide avec son depart.

Elle qui avait marqué nos vies et celle de ses amis humains.

Elle qui nous a fait connaître des personnes merveilleuses qui, comme nous, était passionnés des chiens et encore aujourd’hui, les anciens membres se rappelle d’elle avec un sourire aux lèvres.

Cybèle adorait aller au club voir ses amis humains.

C’était le 12 août 1999.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *